Iris Vincent

« La mise en œuvre de la politique européenne de protection de l’environnement:
Pourquoi l’application de la Directive Habitats a-t-elle été si tardive en France et en Allemagne ? »

 

L’objectif de ce mémoire était d’évaluer la capacité d’un nouveau modèle théorique, développé depuis quelques années dans le champ des études européennes, à mettre en évidence les facteurs à l’origine du très important retard de la France et de l’Allemagne en matière d’application de la Directive « Habitats » – pièce maîtresse de la politique de l’UE pour la protection de la nature et de la biodiversité. L’intérêt de ce travail dans le contexte de son cursus franco-allemand réside dans le fait que, selon le modèle en question, la France et l’Allemagne auraient deux façons très différentes d’appréhender leurs obligations découlant du droit européen. Les deux pays disposeraient en effet de « cultures » distinctes qui conditionneraient leur appartenance à deux « mondes » opposés: un monde au sein duquel les difficultés de mise en œuvre s’expliqueraient essentiellement par des facteurs politiques (Allemagne), et un monde au sein duquel l’inertie administrative serait le facteur déterminant (France). Ce travail explore la validité de ces affirmations dans le cas de la Directive Habitats par un travail d’analyse qualitative approfondie, retraçant au moyen de sources primaires et secondaires,  ainsi que d’entretiens avec des experts français et allemands, le processus de mise en œuvre de la directive en France et en Allemagne. On en vient enfin à la conclusion que, si les deux pays disposent indiscutablement de cultures politiques et administratives différentes, ce ne sont pas des caractéristiques propres à ces cultures qui ont fait obstacle à la mise en œuvre, mais une réalité commune: l’opposition farouche de groupes d’intérêt particulièrement influents.

Iris Vincent, née en 1986, a obtenu une licence en Études européennes au King’s College London. Elle a ensuite intégré Sciences Po Paris dans le cadre d’un programme d’échange international, puis a décroché un master franco-allemand en Sciences politiques et Affaires européennes, à Sciences Po Paris et à l’Université libre de Berlin.