Florian Schulz

Droit devant

 

Florian Schulz, étudiant à l’Université Gutenberg de Mayence, est actuellement plongé dans la préparation de son premier examen d’Etat de droit. Lors de cette première partie de son cursus, il a eu l’occasion de côtoyer les futurs juristes français, lors d’un Master 1 en droit économique international et communautaire à l’université de Nantes.

« J’ai choisi ce cursus intégré dès le début de mes études car j’aimais bien la France. J’étais dans le comité de jumelage de ma ville, Dieburg, et nous avions déjà organisé plusieurs évènements  – carnaval, marché de Noel – avec les Français. » A son arrivée à Nantes en 2009, Florian doit d’abord faire face à un nouvel appareil administratif : « Au début, c’était compliqué avec toutes les démarches administratives. Mais je me suis dit que cela devait être la même chose dans l’autre sens aussi. Ce qui m’a le plus étonné, c’est le côté très scolarisé de l’emploi du temps et de l’apprentissage. Le fait que le professeur dicte le cours, j’ai trouvé ça bizarre, mais finalement, c’était un très bon exercice pour moi pour apprendre à prendre les notes en français. »

Au niveau du contenu également, Florian sent la différence entre les cours de droit en France et en Allemagne : « A Mayence, il s’agit plutôt d’étudier des cas pratiques et de savoir comment interpréter les textes pour ces cas. En France, j’ai appris plus de théories générales avec les grandes structures législatives ». L’ambiance à l’intérieur de la promotion m’a également marqué lors de son séjour d’un an près de la côte Atlantique : « L’ambiance est plus sympa auprès des juristes français. Avec des cours où l’on est parfois 20 ou 25, cela change des amphithéâtres remplis ».

Si Florian a profité de son séjour nantais pour effectuer un stage auprès d’un cabinet d’avocats, il a également profité de l’offre extra-universitaire : « J’adore Nantes et je pourrais passer ma vie là-bas. J’en ai profité sur place pour pouvoir faire beaucoup de sport aussi. J’ai fait du triathlon en club et surtout j’ai découvert la voile avec le sport universitaire. C’était une très bonne occasion de découvrir autre chose et cela m’a tellement plus que j’ai passé mon permis voile en revenant en Allemagne ». Des souvenirs marquants qui, entre autres, le motivent pour penser à revenir en France : « J’aimerais bien, mais cela dépend un peu des notes de l’examen. Il faut que je vois si je peux ensuite faire une partie de mes stages dans une entreprise franco-allemande ».

En attendant, Florian est tout à ses révisions avec en point de mire une longue série d’examens en février 2012.

 

» Voir les photos

» Consulter le dossier de presse