Sophie Schram

La coopération territoriale dans un projet complexe à multi-niveaux : le projet d’aménagement du territoire Belval. »

De nouvelles marges de manœuvre pour les niveaux local et communal ?

 

 

Peut-on réduire les disparités socio-économiques de part et d’autre d’une frontière en établissant un projet de coopération transfrontalière ? À l’exemple du projet d’aménagement du territoire franco-luxembourgeois Belval, Sophie Schram examine le rôle que les acteurs locaux et communaux peuvent prendre dans ce processus. L’importance de Belval s’élève bien au-delà du seul projet. En effet, il démontre le potentiel et la détermination de deux membres fondateurs de l’Union européenne de diminuer les effets négatifs de leur frontière nationale afin d’établir une coopération proche du citoyen et en accord avec l’objectif de cohésion territoriale du traité de Lisbonne. L’objectif de Belval est de réduire les effets de frontière administratifs, culturels, politiques et économiques et de réunir une population séparée par une frontière politique.

 

Âgée de 24 ans, Sophie Schram est diplômée d’un « Master of European Studies » de l’Université Libre de Berlin et prépare actuellement un « Master of Science European Studies (Research) » à la London School of Economics and Political Science. De 2008 à 2011, elle effectue des études franco-allemandes en communication et coopération transfrontalières à l’Université de la Sarre et à l’Université de Lorraine.